Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


Deux sorties ciné : "Cheval de guerre" et "Les adieux à la reine"

Publié par Valou076 sur 31 Mars 2012, 20:48pm

Catégories : #J'ai vu au cinéma...

...Je vais moins au cinéma, c'est indéniable ! Tous les loisirs pâtissent d'horaires à rallonge, de réunionites à répétition...mais malgré tout, il m'arrive encore de sortir !

En un mois j'ai fait deux séances de cinéma. Entre trop d'attente pour l'un et manque de conviction pour l'autre, autant dire que le cru du moment ne fait pas mon affaire...

CHEVAL DE GUERRE

J'avais parlé du livre il y a deux ou trois mois (ici), et présenté par la même occasion la bande-annonce du film qui est adapté de cette histoire, que j'avais découverte il y a des années, à l'époque du collège.

affiche_cheval-de-guerre.jpg

Le père d'Albert achète un cheval, dans un moment de fanfaronnade vis-à-vis de son propriétaire, et ceci au mépris de ces véritables besoins. Car ce cheval est destiné à la monte, à la course, mais certainement pas au labour, comme il était convenu à l'origine. Mais tout cela n'a pas d'importance pour Albert. Ce cheval, il en rêve depuis la naissance de la bête. Il le baptise Joey.

Il ne sait pas encore quel destin les attendent, lui et son cheval, et quel menace plâne sur l'Europe entière, en ce début de siècle.

2h30 de film. Autant dire qu'avec un long-métrage signé Spielberg, nous pouvons nosu attendre à du spectacle.

Le spectacle s'est un peu fait attendre, je dirai même qu'à un moment, je me demandais quand les Allemands allaient envahir le nord de la France,pour que, enfin, les choses bougent un peu !

Car, manifestement, Spielberg rêve de l'Angleterre des années 1910, ses paysages de campagne, les collines verdoyantes, le travail de la terre de ceux qui triment pour survivre...la niaiserie du gamin devenu adulte, mais toujours un peu niais, face à ce cheval qui, je le reconnais, est absolument magnifique...

Ce qui est à retenir de ce film, c'est bien sûr le départ sur le front, sur des terre saccagées par une guerre sans fin, sans logique... Pour dire la vérité, une fois que l'on ne voit plis Albert, on souffle un peu...

Dans ce film, comme dans le livre, nous avons très vite cet impression que le cheval est acteur de cette histoire, c'est comme si nous ressentions ce qu'il ressent lors des premiers bombardements, au moment où il doit tracter pour la premières fois ces pièces d'artilleries gigantesques et monstrueuses.

 

Ce film reprend à merveille le militantisme d'un auteur contre les ravages de la guerre, cette accusation d'avoir détruit, des terres, des hommes, mais aussi des animaux, devenus chair à canon pour une cause dont les auteurs ne semblaient pouvoir eux-mêmes donner une explication.

Ce que je retiendrai de ce film, c'est bien sûr ce cheval, qui paraissait doué d'une intelligence remarquable...

Ce sera aussi le personnage de Niels Arestrup, grand-père élevant sa petite-fille orpheline à cause de cette guerre... C'est un acteur que j'ai déjà croisé à quelques reprises, et qui me plait bien...si je suis loin d'avoir vu toute sa filmographie, ses quelques interventions dans divers long-métrage m'ont convaincus...

Une nouvelle fois, je peux dire que j'ai préféré le livre au film, mais le défi était très lourd à battre, quand on voit combien de temps cette histoire m'a suivi...

Malgré tout, je note cette adaptation comme bonne, car fidèle au contenu de son support initial...il aurait juste fallu réduire d'une bonne demi-heure...

 

 


 

 LES ADIEUX A LA REINE

Deuxième séance, changement de cadre, d'époque et de période historique. C'est un bon en arrière sur plusieurs siècle qui me mène en 1789, un certain 14 juillet, dans la Cour de Versailles.

 

les-adieux-a-la-reine.jpg

Le château de Versailles se réveille, paisible, avec tout le faste que l'on connait au travers des livres d'Histoire. Alors que les duc et duchesses, comtes, barons, et bien s^r le coupel royal, se parent de leurs plus beaux atours, les servantes, quant à elles, se pressent pour accomplir les désirs de leurs maîtres.

C'est le cas de Sidonie, liseuse de la reine Marie-Antoinette. En cette journée qui marquera d'un pas éternel le déroulement de l'Histoire de France, la jeune femme entend se susurrer des détails inquiétants, mystérieux. Que se passe-t-il donc à Paris ?

Mais le bon vouloir de la reine pase avant tout. Sidonie est totalement dévouée à cette femme exigeante. C'est la reine de France, l'incarnation de l'élégance à la Cour.

Cette relation est bien étrange. Que se cache-t-il derrière le visage fermé de cette liseuse et brodeuse? Quel sentiment la guide chaque jour d'une façon si empressée vers le Trianon, où la reine se réfugie. Et cette Gabrielle de Polignac, quel est son rôle dans le quotidien de Marie-Antoinette ?

Difficile de dire clairement mon ressenti en cette fin de séance, jeudi dernier. Une déception ? Ou plutôt une confirmation que ce film ne me conviendrait pas totalement ?

Point positif : La vie à Versailles au XVIIIe siècle. Pour ce coup-là, il n'y a plus de traces de touristes avachis sur les barrières pour prendre, dans le meilleur angle possible, la tasse dans laquelle le roi Louis XVI aurait bu son café, où le lit où Marie-Antoinette aurait batifolé avec cette duchesse de Polignac. Ici, nous retrouvons les traces de cette vie à Versailles, de ce faste, de cette frivolité si propre au lieu, alors que les servantes logent dans des couloirs humides, sans lumière. Deux mondes se présentent à nous et cette opposition fonctionnent...même s'il est étrange que cette Sidonie puisse autant traîner son nez et ses oreilles d'un côté comme de l'autre.

La révolution est en marche, la Bastille est prise, et une liste des têtes à faire tomber a été publiée en pamphlet, support littéraire si courant à cette époque.

Mais à Versailles, la réalité est dure à assimiler, la crainte du peuple arrive peu à peu...la panique gagne les rangs les plus scintillants, et intouchables en apparence.

La prise de la Bastille est la toile de fond de ce film, la relation entre la reine et la duchesse devient le coeur de ce récit...et je m'interroge sur le contenu du roman ayant inspiré ce film...

Mon gros bémol (comme le souligne mon collègue ici), c'est cette manière de jouer une dame de la cour, un personnage d'une autre époque, qui me sidère. Si Léa Seydoux s'en sort pas trop mal (je ne m'arrête pas sur une certaine scène de nu !), Diane Kruger est transparente sur une bonne partie du film, Virginie Ledoyen quant à elle, est presque insignifiante...

En gros, le film m'a permis de voir Versailles à l'époque de ces rois de lumière (je signale aussi une ressemblance de Louis XVI avec Cauet...ça perturbe !), quand la galerie des glaces reflétaient les plus belles robes, les plus beaux bijoux. Si j'en ai eu plein les yeux avec les décors et costumes, le jeu surfait de la plupart des acteurs, qui me donnait l'impression d'être sur une scène de la Comédie Française, m'a ennuyée.

 

Au vue de la pauvreté des films à l'affiche en ce moment, je pense que la rubrique va stagner encore un peu, et que "Les plateaux télé de Valou" vont vite reprendre du service...

A suivre : "Neverland".

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Sharon 08/04/2012 18:48


Je suis allée lire les secrets de tournage sur Allociné. Ils expliquent notamment que le réalisateur a laissé ses acteurs "libres" (il aurait peut-être dû les diriger).

Valou076 10/04/2012 09:16



hi hi tu m'as bien fait rire avec ton commentaire !



Sharon 08/04/2012 13:36


Je viens de voir Les adieux à la reine. Je n'ai pas du tout aimé.

Valou076 08/04/2012 17:48


les avis sont très partagés apparemment..et les spectateurs moins enthousiastes que les critiques...


Yuko 03/04/2012 18:23


Comme quoi les livres ont un bel avenir devant eux... Il est rare qu'un film parvienne à retranscrire ce qu'un livre apporte :)

Valou076 04/04/2012 12:21



c'est sûr...bien souvent l'envie de passer à la version papier revient vite !



Sharon 02/04/2012 13:24


Je n'irai voir ni l'un ni l'autre. Ma carte illimité commence franchement à devenir inutile.

Valou076 02/04/2012 19:57



c'est une période creuse...ça va revenir très vite (j'espère)



Asphodèle 01/04/2012 13:54


Je crois que mon comm a sauté !!! Arrgh........ Juste pour dire que tu ne me donnes pas envie ! Pas vraiment... Tant pis !^^

Valou076 02/04/2012 19:57



ça ne peut pas marcher à tous les coups ;-)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents