Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


"Le Portrait de Dorian Gray" par Oscar Wilde ...

Publié par Valou076 sur 24 Juin 2012, 12:27pm

Catégories : #littérature

... Le mois irlandais se poursuit, je navigue entre Dublin, Inishowen, le Donegal... Avec Oscar Wilde, je me décide enfin à relire un auteur que je ne connaissais que par "Le Fantôme de Canterville", lu au collège...Je sais cela remonte à un petit bout... quand même !

le portrait de dorian gray Ma première rencontre avec ce roman date du lycée. Des amis suivants des cours d'anglais renforcé avait à lire ce roman el version originale...et ils avaient l'air de s'ennuyer ferme. Ma curiosité demeurait néanmoins vivace, ne sachant pas à quoi m'attendre de ce roman qui est une référence...

Il a traîné beaucoup de temps dans mes étagères, plusieurs années, avant de finir entre mes mains il y a deux semaines, à l'occasion de ce Mois irlandais que beaucoup de blogueuses suivetn plus assidument que moi.

"Par la magie d'un voeu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son protrait vieillira." (4e de couverture)

Mon avis est assez partagé sur ce récit. Pour l'idée, je trouve le sujet incroyable et terrifiant. Oscar Wilde nous livre ici un roman où la noirceur est de plus en plus oppressante. Les poussées de rage de Dorian Gray nous enveloppent, nous dominent, font qu'il est difficile de quitter ce livre.

Dorian Gray se laisse désirer dans les premières pages du récit. L'ouverture du roman se fait par la discussion entre deux amis, un peintre, Basil Hallward et un homme bourgeois, Lord Henry, à propos d'un modèle, d'un jeune homme qui envoûte l'artiste, au-delà de ce que la décence ne peut supporter dans cette époque victorienne si rigide, et aux idées si étroites en ce qui concerne les sentiments voués à une personne de même sexe (ce récit aura valu d'ailleurs quelqeus soucis à son auteur, qui sera jugé suite à cette parution).

Au fil des pages, Lord Henry devient très vite, à mon sens, insupportable. Marié, l'homme ne dégage pas moins tout au long du récit des idées très archaïques concernant le rôle de la femme au quotidin, dans la société, dans sa vie maritale. Je soupçonne ici Oscar Wilde de développer, par la bouche de son personnage, ces idées qu'il n'aurait su exprimer peut-être verbalement, lors d'un quelconque dîner de salon, et avouer par ce biais également son goût pour des comportements légers.

Dorian Gray est un être, au départ influençable, et Lord Henry le tentateur, ce petit démon qui souffle dans l'oreille du jeune homme, l'idée de la jeunesse et de la beauté éternelle, ne subissant pas les affres du temps et de la vieillesse. Le jeune homme devient très vite jaloux de ce portrait qui réèle ses plus belles années, et fait alors ce voeu, que le tableau soit toucher par le poids des anénes, à la place de sa propre personne.

C'est là que le fantastique prend la place du réalisme, et où les premières marques du temps qui passe s'inscrivent sur le visage peint de Dorian. Mais à quel prix, car si le poids des années ne s'inscrit pas sur son physique, n'en est-il pas de même de son âme ?

Dorian Gray se transforme sous nos yeux, les années passent et le comportement du personnage devient plus trouble, plus grossier, tout le contraire de sa physionomie, qui suscite les interrogations des personnes qui l'entourent...

En lisant le seul roman d'Oscar Wilde, j'y ai redécouvert une plume fascinante, étrange également... Au coeur de cette vie de château, le lecteur retrouve, non pas cette société idéalisée que la plupart développe, mais au contraire, une société pervertie, insouciante et sans véritable morale. Cette morale est malmenée, mais jusqu'à quel prix ?

Si certains passages m'ont agacés (en ce qui concerne notamment Lord Henry, qui ne passe vraiement pas !), je retiens néanmoins une découverte riche, majeure, un indispensable dans les listes de lecture de tout amateur de roman de cette fin XIXe siècle.

Cette lecture répond à plusieurs sollicitations livresques, avec dans un premier temps, encore et toujours, mon voyage du mois autour de la littérature irlandaise, car si le roman se déroule en Grande-Bretagne, l'auteur n'en est pas moins irlandais.

Il s'agit ensuite de ma lecture classique de juin (le mois de mai n'est toujours pas rédigé, mais je ne désespère pas !), qui ajoute une lecture sur mon challenge Petit Bac, catégorie personnage connu. Il s'agit - enfin !- de ma première contribution au challenge victorien, il était temps me direz-vous ! Mais je fais de mon mieux ! C'est également un roman qui a moultes fois fait son cinéma...n'est-ce pas Will ?!

Challenge Classique Petit Bac 2012 Mois de juin en Irlande logo-challenge-victorien Challenge La Littérature fait son cinéma 2012. 3e catég

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 29/06/2012 13:21


Un roman que j'avais bien aimé, ado. Mais pas au point de le relire.

Valou076 06/07/2012 19:10



il y en a tellement à lire à la base, nous n'allons pas en + relire ceus déjà découvert ;-)



Asphodèle 26/06/2012 12:24


Îl faut que je le relise, mes souvenirs sont très lointain mais si tu veux rester dans le monde d'O.Wilde, je te conseille les livres de Gyles Brandeth, inspirés de son biographe et ami,
savoureux et éclairant sur cette société victorienne qui a engendré autant de vice que de vertu...

Valou076 26/06/2012 13:50



il faudrait en effet que je découvre ces romans, je les croise de temps à autres en librairie, ou sur la blogo...entre ça, les Anne Perry, Jane Austen...les tentation sont décidément troooop
grandes !



Yuko 25/06/2012 11:45


Celui-ci est dans ma liste des livres à  lire depuis longtemps... il faut que je le lise, pourquoi pas cet été ? Merci de m'y avoir fait penser !

Valou076 25/06/2012 12:47



il est bien, en effet, pour le lire, le soir tombant, installé sous un arbre....quelques frissons t'attendraient ;-)



George 24/06/2012 18:46


IL faut absolument que je le relise !! beau billet !

Valou076 25/06/2012 12:46



Merci beaucoup George, depuis el temps que je devais le lire... ! 



eimelle 24/06/2012 16:18


Je viens de finir L'importance d'être constant de Wilde que j'ai beaucoup aimé, je cherche d'autres pistes de lecture autour du même auteur.. j'hésite; j'hésite..!

Valou076 25/06/2012 12:45



je pense que celui-ci est un incontournable, pour une approche de son oeuvre... après ce ne sont pas les choix qui manquent avec lui...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents