Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


JURY - Journal intime et confidences avec "Les oreilles de Buster"...

Publié par Valou076 sur 23 Novembre 2011, 11:12am

Catégories : #Jury des lecteurs Armitière

... sous la plume de la Suédoise Maria Ernestam, deuxième lecture pour le jury des lecteurs de l'Armitière.les oreilles de Buster Belle rencontre avec ce roman nordique, sorti en septembre aux éditions Gaïa. Avant d'en venir au contenu, ej passe d'abord par le support même. Je passe d'abord par ce détail pour dire combien j'aime cette édition. C'est la deuxième fois que je lis un roman écrit chez Gaïa (le précédent étant Fugue par Anne Mehdevi Delaflotte), et ce livre est une nouvelle fois d'un grande beauté. Sur la couverture, nous retrouvons la petite Eva, personnage central de ce récit, en ombre avec des branches d'apparence épineuse, formant un coeur devant elle.L'image reflète à elle seule les thèmes de ce roman : l'enfance, l'amour, la botanique, autour des fleurs.

De forme allongée, ce livre de 410 pages environ est un peu plus lourd par rapport à d'autres brochés, à mon sens, mais ceci n'est en rien "handicapant" pour savourer l'histoire défilant entre ses pages. 

Quatrième de couverture :

Eva cultive ses rosiers. A cinquante-six ans, elle a une vie bien réglée qu'elle partage avec Sven. Quelques amies, des enfants, et une vieille dame acariâtre dont elle s'occupe. Le soir, lorsque Sven est couché, Eva se sert un verre de vin et écrit son journal intime. La nuit est propice aux souvenirs, aussi douloureux qoient-ils. Peut-être aussi la cruauté est-elle plus douce lorsqu'on l'évoque dans l'atmosphère feutrée d'une maison endormie. Eva fut une petite fille traumatisée par sa mère, personne fantasque et tyrannique, qui ne l'a jamais aimée.

Très tôt, Eva s'était promi de se venger. Et elle l'a fait, avoue-t-elle d'emblée à son journal intime.

Un délicieux mélange de candeur et de perversion.

Après une petite référence en italique, dans les deux premières pages, sur la vie de baleines (!), les premiers mots écrits dans ce journal intime sont fort, violant, ahurissant...nordique !

"J'avais sept ans quand j'ai décidé de tuer ma mère.Et dix-sept ans quand j'ai finalement mis mon projet à exécution." p. 11

Pas de doute avec ce roman, l'écrivain ne lance pas ses lecteurs dans une histoire plate, autour de la vie d'une femme se confiant à un journal. Le journal est le support d'un aveu, terrible et effrayant. Cette femme écrit très clairement qu'elle a tué sa mère, à 17 ans. Elle avoue également ne pas l'avoir fait involontairement. La préméditation est claire, sans faille.

Mais bizarrement, ce couperet au-dessus du personnage de la mère ne gâche pas pour autant le suspense, et sait, de temps à autre se faire oublier, dans des confidences sur l'enfance d'Eva, petite fille mal-aimée de sa mère, rejetée et apprenant très vite à se débrouiller, à s'endurcir, pour mieux vivre.

Eva est une enfant non désirée, qui s'accroche à une mère frivole, désinvolte et mauvaise. Comment grandir normalement avec une mère qui nous rejette ? Comment une mère peut-elle autant se désintéresser de sa fille, et autant la mépriser ?

La petite Eva trouve pour la première fois le bonheur aux côtés de sa nourrice, Britta, venue du nord de la Suède pour gagner un peu d'argent. La complicité entre les deux jeunes filles fera naître une sorte de jalousie chez la mère. En renvoyant Britta, elle ne sais pas encore qu'elle a scellé son destin, et que cet acte sera l'origine de ce besoin de vengeance chez Eva. A 7 ans, la jeune fille comprend alors que le seul moyen de vivre, c'est d'éliminer cette mère qui n'en ai pas vraiment une, et enfin profiter de son quotidien.

"Je me rappelle avoir progressivement compris que ma mère ne se soucierait jamais assez de moi pour m'aimer, et que seule l'une d'entre nous deux verrait le bout du tunnel saine et sauve. A sept ans, je décidais quez ce serait moi." p. 30

En ce qui concerne "les oreilles de Buster", je laisse aux potentiels lecteurs le soin de découvrir eux-mêmes de quoi il s'agit. Pour finir avec la présentation, j'ajouterai juste un détail quant à la détermination de la petite Eva. Sachant qu'éliminer sa mère n'est pas une mince affaire, la jeune file va apprendre à dépasser ses limites, ses peurs, pour aller de l'avant.

Vous l'aurez peut-être remarqué j'ai beaucoup aimé ce roman, malgré ses passages sombres, ces paragraphes si effarants quant au comportement de la mère ( sa jalousie est vraiment démoniaque et malsaine !). 

En écrivant sur son enfance, Eva semble se libérer de ce qui a pesé sur sa vie, jusqu'à ce 13 juin, jour de son anniversaire et aussi celui où sa petite-fille, comme si elle avait compris avant Eva, lui offre ce journal vierge de tout écrit, et attendant des confessions. Eva est un personnage remarquable, une femme tout à ses rosiers, seule source de paix pour elle, malgré la présence de Sven à ses côtés. Ses amis, sa famille, personne ne se doute de cette part sombre de son enfance. Le journal est en quelque sorte ce moyen tant attendu d'enfin avouer ce qui a été commis bien des années plus tôt...

" Des jours se sont écoulés sans que j'écrive. Mais lorsque j'ai mis le point final, la dernière fois, j'ai eu l'impression que la boîte où étaient enfermés mes sentiments refoulés s'était ouverte. J'avais des visions, je reconnaissais des parfums de l'enfance, comme si j'errais dans un musée la nuit." p. 51

"En levant les yeux, je vois le jour se lever à travers la vitre. Je vais donc poser mon crayon, enfiler mes sabots et sortir, vêtue d'une simple chemise de nuit. Je veux sentir mes roses. Peut-être m'apporteront-elles la sérénité, le réconfort, la certitude que les choses qont à leur place. Dans le cas contraire, je savourerai cet instant de divine solitude". p. 117

L'annonce du début ne retire pas tout le mystère de ce roman. Les personnages avancent peu à peu vers l'inexorable, Eva découvre l'amour aussi, alors que ses parents se déchirent. Le récit alterne présent et passé avec une facilité exemplaire. Les lecteurs ne s'y perdent pas et se promènent dans ce village suédois, en bord de mer,aux côtés de personnages originaux...à la sauce nordique, il faut le dire.

Des surprises vous attendent à la lecture de ce roman. L'auteur est très fort.

Vous voulez en savoir plus ? Lisez-le !

Armitière

Note : 9 / 10

Septième participation au challenge 1% littéraire, que je boucle avec succès, tout en poursuivant mon voyage chez nos Voisins-voisines européens.

1% rentrée 2011

7 / 7

voisins-voisines challenge le tour du monde

Suède

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

L'irrégulière 26/11/2011 16:13


hiiiiiii, la couverture est magnifique !!!!

Valou076 26/11/2011 19:22



oh la la oui ! c'est fou ce que cette éditien est belle, j'adore ses couvertures...



herisson08 25/11/2011 11:51


Je pense qu'il me plairait, surtout que j'aime les surprises ^^

Valou076 25/11/2011 11:59



même si je ne connais pas encore très bien tes goûts je pense que justement, du fait que nous n'entendons pas parler de ce roman, la surprise reste intacte et la lecture vierge de trop de
commentaire, comme la plupart des romans des cette rentrée ! Si tu en as l'occasion, lis-le...



Asphodèle 25/11/2011 10:09


Découverte intéressante visiblement ! Je dois dire que même si la couverture est jolie, ce n'est pas forcément une lecture vers laquelle je serais allée, mais tu en parles très bien ! :)

Valou076 25/11/2011 12:00



Merci Asphodèle ! je me suis appliquée pour ce roman du fait que nous ne le voyons pas beaucoup... et je craque totalement pour la couverture,et l'éditeur en général !



George 23/11/2011 20:50


finalement il ne faut pas tant se fier au sujet des romans et s'intéresser davantage à la façon dont l'histoire est racontée, ce roman semble un bon exemple !

Valou076 24/11/2011 09:32



tu veux dire que le sujet ne te tente pas? ce que j'aime avec les lectures nordiques, c'est une atmosphère différentes des romans français, à mon sens. Chez nous, l'aspect froid est difficile à
percevoir comme naturel, ce roman suédois présente par contre la froideur de la mère, et la peine de la fille de manière très simple, sans cliché, du vrai en somme...


si le roman m'appartenait je te l'aurais recommandé et envoyé..je ne peux que te le recommander...



Kathel 23/11/2011 20:21


Je l'ai fini il y a peu (mon billet est pour bientôt) et j'ai vraiment été séduite par le sujet et par le ton.

Valou076 24/11/2011 09:30



tu pourras me faire signe quand ton billet sortira...je me posais des questions à la lecture des premières pages...mais très vite l'auteur m'a emporté...c'était une lecture très forte !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents