Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


"Fermeture éclair", de Carl Aderhold

Publié par Valou076 sur 21 Octobre 2012, 19:01pm

Catégories : #Rentrée littéraire 2012

Cet auteur, je l'ai déjà rencontré une fois il y a environ trois ans, avec un roman au titre qui m'avait bien fait rire : "Mort aux cons". Lorsque j'ai vu que son dernier roman était en lice dnas le cadre de l'opération Masse Critique par Babelio, je me suis dit "Pourquoi pas ?!"

Aussitôt dit, aussitôt fait, deux-trois jours après avoir fait mon choix, j'apprenais que j'obtenais ce roman, édité chez JC Lattès.

fermeture-eclair.jpg

Quatrième de couverture :

Il est des hommes que la beauté des femmes électrise, réveillant en eux l'instinct de possession, d'autres chez qui elle ne produit qu'une brève oscillation parmi le flux des informations gérées par leur cerveau, et d'autres enfin que ce spectacle tétanise. Ainsi était Laurent.

Nous en soupçonnons pas les ressources qui gisent en nous.

Laurent n'avait rien d'un meneur. Il aura fallu un licenciement violent et le départ de sa femme Sylvie pour voir enfin cet ouvrier de la Contilis prendre les armes. Le voici à la tête d'une bande d'ingénieux tocards prête à disputer la Coupe du monde de football des sans-emploi.

Portrait d'une revanche sur la vie, Fermeture éclair dépeint avec humanité et drôlerie la fin d'une époque mais aussi ses espoirs.

Classé de suite dans la catégorie du roman social, ce livre m'a vite interpellé, dès ses premières pages. J'y ai retrouvé le département où je travaille : l'Orne. Et aussi des contextes sociaux que je rencontre dans le cadre de mon travail : des entreprises qui fermant, laissant sur le carreau ses employés. A l'heure actuelle, difficile de passer outre ces événements !

Carl Aderhold donne la parole à ses employés présents sur un même lieu de travail depuis de nombreuses années, et qui se font balayés sans vergogne, au bénéfice d'une implantation dans les pays de l'Est, où l'ouvrier coûte moins cher ! Cette situation, nous la voyons avec Petroplus, dans la banlieue rouennaise, ou encore dans le Calvados, avec Honeywell, à Condé-sur-Noireau (qui n'est pas si loin du cadre de cette histoire).

Laurent est gauche, vit son train-train d'ouvrier sur une chaîne de production de pots catalytiques. Il n'a ja mais su comment se comporter avec sa femme, et ne se rend pas compte que cela pourrait mal finir pour son couple.

Une convocation arrive dans l'usine. Tout le monde se rassemble, le PDG a quelque chose à annoncer. Liquidation totale, fermeture définitive de l'usine. La colère monte, La séquestration n'y change rien. Ils sont tous dehors !

Comment vivre sans emploi ? Comment surmonter cette honte, ce dégoût ?

Carl Aderhold écrit sans fioriture, ne fait pas dans le sensationnel, les faits sont graves, actuels, si près du vrai qu'il est inutile d'en rajouter. Cette coupe du monde est un moyen de faire revenir cette estime de soi chez les joueurs, blessés par cette fin de la Contilis.

Cependant, il ne faut pas craindre le pathos, ni la surenchère de pleurs et de drame autour de ces licenciements. L'auteur travaille pour faire en sorte de voir le sourire revenir, la lueur d'espoir ou le lien entre toutes ces personnes se tisser, pour lutter, et survivre ensemble.

Les incohérence sont là, parfois, mais elles ne sont pas fatales pour ce livre, qui en interpellera certainement la plupart. Une découverte sympathique et, avant tout, une dénonciation formidable des manipulations du grand patronat !

Je remercie la maison d'éditions JC Lattès, qui m'a permis de découvrir un nouveau roman de l'auteur, et Babélio, pour son concours, et aussi sur cette idée d'interview, qui je l'espère, se concrétisera ! Ce livre est une nouvelle participation au challenge de la rentrée littéraire 2012.

Rentrée littéraire 2012

tous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Online Scams 11/11/2014 10:03

I think Carl Aderhold deserves a lot of credit. He has been working hard for this. It was interesting to read about his take on several aspects of the institution. He had the courage to reveal some of the hidden mysteries.

Alex-Mot-à-Mots 24/10/2012 19:04


Etrange le titre, non ?

Valou076 25/10/2012 00:29



oui, moi je voyais la fermeture du blouson...mais il faut penser à la fermeture de l'usine, qui est éclair ! et oui !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents