Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


Douglas Kennedy écrit sur "Cet instant-là"...

Publié par Valou076 sur 16 Novembre 2011, 08:25am

Catégories : #Le livre du mois

... Dans le cadre d'une opération exceptionnelle Masse Critique, j'ai eu l'immense joie de me voir attribuer ce dernier opus signé Douglas Kennedy.

Cet-instant-là

En raison d'un timing assez serré je n'ai pu faire dédicacer ce roman par l'auteur, venu il y a un mois à l'Armitière de Rouen. Les service presse pour ce type d'opération se succédant, (et un "abandon" de quasiment deux semaines chez mes parents) je n'ai pu le lire que ces deux dernières semaines.

Conquise par La poursuite du bonheur, il me tardait de plonger dans ce roman, l'écrivain me garantissait lors de sa dédicace, dans un français parfait, que Cet instant-là me plairait tout autant, par son contexte.

Quatrième de couverture :

A la fois drame psychologique, roman d'idées, roman d'espionnage mais surtout histoire d'amour aussi tragique que passionnée, une oeuvre ambitieuse portée par le talent exceptionnel de Douglas Kennedy.

Ecrivain new-yorkais, la cinquantaine, Thomas Nesbitt reçoit à trois jours d'intervalle deux missuves qui vont ébranler sa vie : les papiers de son divorce et un paquet posté d'Allemagne par un certain Johannes Dussmann. Les souvenirs remontent...

Parti à Berlin en pleine guerre froide afin d'écrire un récit de voyage, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour une radio de propagande américaine. C'est là qu'il rencontre Petra. Entre l'Américain sans attaches et l'Allemande réfugiée à l'Ouest, c'est le coup de foudre.

Et Petra raconte son histoire, une histoire douloureuse et ordinaire dans une ville soumise à l'horreur totalitaire, Thomas est bouleversé. Pour la première fois, il envisage la possibilité d'un amour vrai, absolu.

Mais bientôt se produit l'impensable et Thomas va devoir choisir. Un choix impossible qui fera à jamais basculer le destin des deux amants.

Aujourd'hui, ving-cinq ans plus tard, Thomas est-il prêt à affronter toute la vérité ?

 Qu'est-ce qui ressort de cette lecture ? Et bien comme je l'ai vu chez quelques unes : du bon...et du moins bon !

Je démarre de suite par le mauvais point, pour l'évacuer au plus vite, et qu'il ne reste pas le seul point à retenir de ce roman : sa mièvrerie !

D'accord, je conçois très bien que les débuts d'une relation peuvent rendre un peu plus "gnan-gnan" ou fleur bleue..." Ils sont beaux les petits z'oiseaux, oh regarde une vache qui rumine c'est adorable"...bon ok j'exagère...

Mais Douglas Kennedy m'a fait pousser de sacrés soupirs dès la rencontre entre les deux personnages, et lors de leurs premiers élans amoureux... Le coup de foudre à "Cet instant-là", dès le premier regard, cette impression partagée (sans le savoir) d'avoir devant soi LA personne qui partagera toute notre vie...Nan, je n'y crois pas moi... (non je ne suis pas une vieille célibataire qui radote, ma vie de couple se porte très bien merci !)

En fin bref, je ne vais pas m'étendre trop longtemps sur le sujet, ces excès de bons sentiments et de dialogues cucul...je préfère aller vers l'essentiel, et le plus important du récit.

Douglas Kennedy nous emmène cette fois-ci dans une Allemagne divisée en deux, dans une ville de Berlin meurtrie par lce Mur, cet ignoble Mur qui a séparé pendant des années des voisins, des familles ou des amis...

L'auteur se souvient de son voyage dans la capitale allemande, des sensations éprouvées dans le passage entre l'Allemagne capitaliste et occidentale, vers l'Allemagne surveillée, contrôlée, manipulée et persécutée. Comme à mon habitude cet immersion vers un pan de l'Histoire m'a emportée, et par conséquent fait oublier ces miévreries un peu lourdes par endroits.

Dans ces quelques 500 pages, le lecteur découvre un peu ce qu'est la Stasi dans la vie d'un Allemand, sa menace et son poids sur le quotidien des Berlinois qui se sentent sans cesse épiés.

Le point fort de ce roman, c'est la deuxième moitié du roman, jusqu'à la fin. Je l'ai peut-être lu naïvement, mais j'ai eu le droit également à de belles surprises, qui m'ont fait rattrapé le retard pris au début du roman. Douggy manie à merveille cet envie chez le lecteur de toujours aller plus loin quitte à manger plus tard, ou dormir moins longtemps...J'ai vu quelque part que c'est mieux quand le personnage principal est une femme...mystère ! Je n'ai encore que trois romans de l'Américain dans mon palmarès de lecture...et le premier était L'homme qui voulait vivre sa vie...ce qui fait que je ne peux juger par rapport à cet argument.

Ouf, l'auteur se rattrape, mais n'atteint pas le niveau du merveilleux La poursuite du bonheur, qui demeure mon numéro 1 pour le moment...Deux autres Kennedy se baladent chez moi Rien ne va plus et Une relation dangereuse, je me demande quel sera le prochain...

Parmi les critiques lus dans la blogosphère, je vous laisse ici un lien menant vers des extraits d'interview, lors d'une séance de dédicaces, avec Géraldine, mais aussi celle de George, qui reprend quelques phrases de ces dialogues mielleux (il est 23 h au moment où j'écris ces mots, et c'est moins fatiguant de coller un lien plutôt que de reprendre le roman dans ma bibliothèque, et retrouver les-dîtes citations !)

Pour finir, je pense que les inconditionnelles de Douglas Kennedy aimeront ce roman car, il me semble malgré tout que sa patte est belle et bien là, notamment dans cette "manie" de nous balader dans des univers différents...pour les personnes cherchant encore à le découvrir, ne pas commencer par celui-ci...

Merci à Babelio pour m'avoir donné la chance de lire ce dernier Kennedy, et aux Editions Belfond qui l'ont très vite envoyé jusque chez moi...

La lecture de ce roman est aussi l'occasion de poursuivre ma découverte des rentrées littéraires 2011, chez Hérisson, avec une 5e participation...

1% rentrée 2011

5/7


Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

sophie57 16/11/2011 23:07



tu penses bien qu'il m'attend, j'achète tous ses livres à leur sortie, je suis une fan, même si j'ai été déçue par son avant-dernier, La femme du cinquième". Mais dis-moi, Kennedy "mièvre"? ben
mince alors! serait-il entrain de mal vieillir? bon, dès que je publie mon billet, je te tiens au courant(j'ai d'autres lectures prévues avant)



Valou076 17/11/2011 12:38


pas de souci...ben oui du mièvre, c'est malheureux mais bon, nous ne sommes jamais à l'abri d'un faux pas...même les auteurs rôdés, ya pas de raison ! ;-) La femme du Ve, m'intéresse pour son
sujet, je suis curieuse, en plus il est bientôt dans les salles obscures avec Kristin Scott Thomas...


mathilde. / Pages Nuancées 16/11/2011 23:04



Un auteur que j'aimerais bien découvrir, je pense commencer avec "A la poursuite du bonheur", dont j'ai tant entendu parler.



Valou076 17/11/2011 12:36


Ce roman est une merveille, j'ai adoré, j'ai été absorbé par ce roman, de la première à la dernière page...le coups de coeur avec Kennedy : c'est ce livre là !


Anne 16/11/2011 21:11



Je suis assez fan,je pense, bien que n'en ayant lu que trois, donc je vrrai si ce livre me tombe dans les mains ! J'avaia adoré La poursuite du bonheur.



Valou076 16/11/2011 21:13



Moi aussi je l'ai adoré, ce roman est une merveille..j'attends un peu avant de m'attaquer au suivant dans ma PAL "Une relation dangereuse"


"Cet instant-là" est mon troisième roman de Kennedy également dis donc...j'attendrais de voir ce que tu en penses ;-)



George 16/11/2011 09:16



c'est vrai que la fin rattrape un peu l'ensemble, mais ça reste une déception pour moi !



Valou076 16/11/2011 13:49



oui je me rappelle trop tes réactions à chaud, difficile de les voir s'atténuer aisément... nous verrons ce que donne le roman "Les charmes discrets de la vie conjugale" pour toi..et moi "Une
relation dangereuse"...dans quelques semaines à mon avis...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents