Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


Célibataire et d'âge mûr...

Publié par Valou076 sur 18 Avril 2011, 13:12pm

Catégories : #littérature

...récit de vie d'un auteur au travers de son personnage dans Best Love Rosie, par Nuala O'Faolain.

best love rosieLecture commune pour le 13 avril, j'avoue à ma grande honte que je me suis fait littéralement entraînée dans une phase où la lecture est au second plan...résultat, je ne fais seulement que de le finir...et je ne pense pas avoir apprécié cet ouvrage à sa juste valeur, contrairement à mes compagnons de lecture.

Aprèq avoir vécu et travaillé loin de chez elle, Rosie décide qu'il est temps de rentrer à Dublin, pour s'occuper de Min, la vieille tante qui l'a élevée. Mais"il faut du temps pour revenir quelque part..." et les retrouvailles tournent vite au vinaigre. Bientôt, Rosie voit se creuser le fossé qui la sépare de l'infatigable Min, galvanisée par sa découverte de l'Amérique. Et tandis que l'une se réveille de sa torpeur, l'autre se voit rattrapée par la mélancolie...

Dans ce roman lumineux, Nuala O'Faolain met en scène une femme tourmentée et attachante, qui fait siennes toutes les interrogations de l'écrivain. 

Best love Rosie est un grand livre sur l'âge, la solitude, l'exil, le sentiment maternel et les chimères de l'amour.

Si nous ne pouvons pas reprocher une chose à cet auteur irlandais, c'est de proposer des personnages sans saveur à ses lecteurs. Rosie est une femme d'âge mûr qui voit que le temps de la jeunesse passe, et rentre sur ses terres d'origine auprès de celle qui l'a élevée. Ayant voyagé dans les quatre coins du monde, sa vie a été pour le moins riche de découvertes, d'expérience, d'amis, d'amants, mais, à son retour, la question de l'après jeunesse se pose, alors que son amant vieillit, et qu'elle rentre seule chez elle. 

De son côté, Min, la tante, a passé sa vie à voir sa protégée sans cesse sur la route, alors qu'elle-même est restée sur place, à Dublin, avec son chat comme seule compagnie...

Le voyage à Seattle pour Rosie sera le point de départ d'une nouvelle vie, mais également pour Min, qui décide d'y aller également, malgré cet état de fatigue qui la caractérisait chez elle, mais aussi de s'y installer!

Dans ce roman, il est question de la vie, après la jeunesse passée, que reste-t-il à vivre quand on est célibataire, sans enfant, voire sans véritable attache dans son lieu de vie. Ces interrogations peu à peu envahissent Rosie, qui doit vivre seule à Dublin, et y découvre la maison d'enfance, face à l'océan de sa mère qu'elle n'a jamais connue. 

J'ai l'impression d'être confuse dans ma manière de parler de ce roman. Pour ma défense, je dirais que contrairement à l'avis général, je me suis quelque peu lassée du récit, et même si les personnages étaient intéressants, je crois que j'ai pris ce roman au mauvais moment, celui où j'ai envie de lire autre chose. C'est quelque chose qui arrive de temps à autre chez moi, quand mes livres choisis restent plus ou moins dans la même tendance: des récits de vie de femmes, des histoires vraies...alors que quand je vais au cinéma, je saute sur l'occasion pour aller voir de la science-fiction, du suspense...

Je regrette, par contre, que cette phase se soit mise en route lors de la lecture de ce roman, dont l'auteur est exceptionnelle, tant par son écriture que par son histoire, d'une richesse incroyable mais aussi tragique, si l'on prend en compte comment elle est très rapidement passée de vie à trépas à cause de ce foutu cancer.

Le relire? Certainement, d'ici quelques mois, histoire de me plonger dans de nouveaux registres et de savourer pleinement  les écrits de Nuala O'Faolain, représentante de la littérature contemporaine irlandaise.

Mauvaise occasion de démarrer mon challenge irlandais, en attendant des jours meilleurs pour le compléter.

Challenge irlandais

challenge le tour du monde

Irlande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sharon 18/04/2011 18:38



Merci pour cette lecture commune.


Je m'interroge moi aussi (par rapport à ma maigre expérience de la littérature irlandaise) sur la place de la femme et surtout de la mère dans cette littérature. Rosie n'a pas d'enfants peut-être
aussi parce qu'elle n'a pas eu de mère.



Valou076 19/04/2011 13:08



je vois encore plus des interrogations sur la place de la femme dans la société, on voit qu'elle part dans le monde entier, qu'elle est féministe, comme un témoignages des engagements de l'auteur
sur la cause féministe? comme un rapport de militante...peut être...



Anne 18/04/2011 16:41



Ca y est, tu l'as lu, toi aussi ! Un peu dommage que tu sois passée à côté, mais si tu le relis j'espère que tu le goûteras mieux ! Merci pour cette lecture commune.



Valou076 19/04/2011 13:09



mais je confirme, je pense que j'ai besoin d'un autre genre d'écrit...là je suis dans France 80 et ça commence déjà à me barber...pas du tout difficile comme lectrice ;-)



Anne 18/04/2011 15:46



Elle a eu un Prix Femina ? Pour lequel de ses titres ?



Valou076 19/04/2011 13:11



c'était pour l'histoire de Chicago May...qui a l'air bien intéressant également!



Anne 18/04/2011 14:26



Je ne te trouve pas si confuse dans ton article. Je crois que plus ou moins les lectrices n'ont pas accrochées pour semblerait-il des raisons différentes ...mais est-ce que cela ne cache pas
autre chose ? Alors comme tu dis, peut-être qu'une relecture permettrait de mieux saisir l'écriture de cette écrivain ou est-ce qu'une lecture de ces autres livres donnerait plus de valeur à ce
roman-ci ?!



Valou076 18/04/2011 14:47



Waouh tu n'es qu'à deux doigts de faire de la psychologie en posant la question "est-ce que cela ne cache pas autre chose?"


je pense que j'ai engrangé suffisamment de lectures dans un autre genre que celle-ci et que j'ai vraiment hâte de les savourer...comme par exemple mes polars nordiques ou encore Vendetta de
Ellory que j'ai emprunté il y a une semaine...je pense qu'il me faut surtout changer de style de roman assez vite avant de ne plus lire que par dépit...mais je garde Nuala pour dans quelques
temps, notamment son prix fémina


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents