Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


Aung San Suu Kyi, ou le destin d'une "Lady"...

Publié par Valou076 sur 8 Décembre 2011, 07:00am

Catégories : #J'ai vu au cinéma...

... Luc Besson, on aime ou on n'aime pas. Cependant, son dernier long-métrage autour de la lauréate du prix Nobel de la Paix 1991 offre une véritable leçon d'Histoire, en compagnie d'une femme extraordinaire : j'ai nommé la Birmane Aung San Suu Kyi.

Lady.jpg

Aung San Suu Kyi, c'était pour moi une femme assignée à résidence, surveillée, emprisonnée chez elle. C'était une femme qui se battait pour défendre la liberté d'un peuple, et qui appelait à la démocratie face à un régime militaire répressif. C'était aussi pour moi, la femme enfin libéré de son domicile il y a un an et de nombreuses personnes célébrant cette victoire contre la politique de la junte militaire.

Mais toutes ces infos sont bien maigres, quand on voit le parcours de cette femme. A l'indépendance de la Birmanie, son père Aung San, était le représentant, le meneur vers cette voie démocratique tant attendu. Son assassinat en  1947 par des opposants, alors que la petite Suu n'a que deux ans, transfigure cet homme en martyr, et érige les bases d'une volonté de liberté, encore jamais atteinte par les Birmans.

Luc Besson part de ce point de départ, pour retrouver la "Nelson Mandela au féminin", en 1988, alors qu'elle retourne à Rangoon, pour venir au chevet de sa mère mourante. Des actes d'une rare violence se déroulent sous ses yeux, des manifestations étudiantes sont balayées par les mitrailleuses, et les droits de l'Homme sont totalement bafoués. C'est aussi un moment où le général à la tête du pays accuse quelques faiblesses. Ceci combinée au retour de la Birmane sur ses terres, c'est l'occasion rêver pour les opposants au régime de tenter une percée vers la démocratie, et d'appeler Aung San Suu Kyi à les rejoindre, en mémoire de son père. 

Cette femme est alors mariée et mère de deux enfants, vivants en Angleterre, aux côtés de leur père Michael Aris. Convaincu par la valeur du combat mené par sa femme, Micky travaille à ses côtés,et la défendra quand celle-ci deviendra bel et bien une menace pour le pouvoir en place.

Le film a été tourné alors que la Birmane était encore emprisonnée. Luc Besson s'était alors rendu en Birmanie avec un visa de touriste, pour s'imprégner de ce pays et filmer - à ses risques et périls - des plans de la Birmanie. Sorti le 30 novembre, ce film est un hommage édifiant autour de cette femme remarquable, exceptionnelle, qui se sacrifie toujours pour la liberté de son peuple, qui ne peut partir de Birmanie au risque de ne plus pouvoir en revenir. Sortir de la Birmanie, c'est anéantir des années de combat, d'opposition et d'effort, ayant coûté le sang de nombre de ses partisans.

Ne vous fiez pas aux commentaires réduisant ce film à une histoire d'amour entre Suu et Michael, c'est bien plus que cela. Car au-delà de la politique, il y a l'humain. Certes il y a ce lien entre elle, son mari et ses enfants, mais la force de cette femme semble puisé dans celle de sa famille qui, a des milliers de kilomètres, remue ciel et terre pour que la situation en Birmanie soit connue de tous, pour que ce combat basé autour de la non-violence soit écouté et soutenu.

Car Aung San Suu Kyi a su répondre à cette vague de répressions de meurtres, en instaurant un programme et un parti de la Ligue nationale pour la Démocratie, sans répondre par la force, en suivant la trace d'un autre grand homme : Gandhi !

A l'heure où ces mots sont écrits, la situation n'a toujours pas changé à Rangoon et en Birmanie. Le vote qui donnait au parti de la lauréate du Prix Nobel 392 sièges, contre 10 pour le parti soutenant les militaires, en 1990, a été annulé. Les démocrates attendent toujours leur heure, avec encore cette menace de répression planant au-dessus d'eux.

Aung San Suu Kyi a été libéré le 13 novembre 2010? après des années de détention chez elle ou en prison.

Depuis, elle peut se déplacer librement, et reçoit des délégations étrangères, à l'exemple le 27 novembre dernier, où elle a reçu chez elle l'ambassadeur français des Droits de l'Homme, François Zimeray. 

Souvenez-vous également, en 2001, le groupe irlandais U2 avait dédié une chanson, "Walk on", à cette femme exceptionnelle.

Pour vous rappeler de ces événements couverts par les chaînes du monde entier, allez donc au cinéma, ou rendez-vous ici pour une biographie détaillée.

 

Enfin, un dernier point que j'ai omis de préciser - honte à moi -, Michelle Yeoh, qui joue le rôle de Suu, est absolument incroyable, convaincante et juste...Un grand bravo à l'actrice !
Michelle-Yeoh.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

ogressedeparis 12/12/2011 14:50


Si je n'y étais pas allée samedi, ton billet me donnerai envie de le voir!

Valou076 12/12/2011 16:42



merci du compliment, ma soeur ma dit la même chose hier, mais c'est ma soeur, donc c'est normal ;-)



delice-au-reglisse 11/12/2011 10:48


Je ne suis pas sure qu'il soit encore à l'affiche dans mon ptit cinéma de campagne... snif ! :s

Valou076 11/12/2011 20:12



raaahh la province, ils ne savent pas ce que c'est qu'un bon film à mettre à l'affiche... ;-)



Marjo 10/12/2011 14:39


J'aime beaucoup l'affiche du film, malheureusement je n'ai pas pris le temps d'aller le voir au ciné... mais ton article très complet et enthousiaste me le fait presque regretter :(

Valou076 11/12/2011 10:36



il est encore temps, il vient de sortir  !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents