Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Quotidiennes de Val

Les Quotidiennes de Val

... c'est l'histoire d'une lectrice, d'une fille se promenant, allant au cinéma, poussant parfois ses coups de gueule,ou dévoilant ses coups de coeur...Pour au final, partager ce qui anime le quotidien...


La terre qui penche, de Carole Martinez - rentrée littéraire 2015

Publié par Valou076 sur 23 Septembre 2015, 07:00am

Catégories : #littérature, #rentréelittéraire2015

La terre qui penche, de Carole Martinez - rentrée littéraire 2015

Je ne vais faire preuve d'une grande originalité ici, en vous révélant que j'adore Carole Martinez ! Par ce message je vous préviens, je ne serai pas la meilleure pour faire preuve d'impartialité dans ce billet.

La dernière fois que j'ai parlé de cet auteur, c’était le 1er mai 2012, avec le roman qui l'a classé dans la liste des écrivains primés par le Goncourt des lycéens : Du Domaine des murmures. C'était alors l'histoire d'une jeune fille qui préfère vivre emmurée dans une tour, plutôt que de suivre le chemin tracé par son père, et de se marier avec un homme choisi par d'autres.

Avec La terre qui penche, nous revenons sur les terres de ce Domaine des murmures, deux siècles plus tard, aux côtés d'une petite fille, Blanche, 11 ans. Cette dernière est accompagnée, dans le récit, de son propre fantôme, sa vieille âme qui traverse les siècles tout en se souvenant de cette enfance vécue, sans se rappeler comment sa mort s'est produite. Depuis tout ce temps, la petite fille et la vieille âme se racontent cette histoire, que nous retrouvons au fil des pages.
Nous sommes au XIVe siècle, la Grande Peste noire a dévasté la population dans l'Europe entière. Blanche n'a plus de mère. Elle vit avec un père qui ne s'occupe pas d'elle, et de nombreuses bâtardes du père, qui partagent sa couche.
Tout cela, jusqu'au jour où les femmes du château doivent confectionner deux beaux costumes, l'un pour le père, l'autre pour la petite Blanche. Quand ces tenues très riches sont faîtes, l'homme emmène sa fille, suivi d'une escorte, à travers la forêt. Elle est promise au fils d'un seigneur, le seigneur du château des Murmures. Sur cette terre qui penche, un cours d'eau, la Loue, fait sa vie et sa loi sur le domaine. Plus qu'une rivière, il est un personnage à part entière.

La terre qui penche, de Carole Martinez - rentrée littéraire 2015

C'est une chose de dire que l'on a aimé, de résumer en quelques phrases ce roman qui vous a plu... C'est autre chose encore de donner les raisons de ce plaisir de lecture, qu'est ce qui fait qu'au fil des pages, je me suis dit que ce livre était, une nouvelle fois, un grand cru.
Je dois bien avouer que le démarrage a été un peu difficile, je ne savais pas dans quoi m'embarquer, je ne me suis pas essentiellement préparée à cette ambiance sous forme de conte...

Mais voilà, plus encore, deux semaines après sa lecture, ce roman est enchanteur et captivant. Je m'explique. J'ai eu le "malheur" d'interrompre ma lecture durant deux-trois jours pour préparer l'interview d'un auteur sur un autre roman de la rentrée (à suivre !). J'ai ainsi rompu avec cette ambiance de conte de fée, pour repartir sur un roman social brut, avant de revenir dans les pages de La Terre qui penche.

Mais, finalement, alors que je reprenais ce roman à moitié route, les pages se tournaient, virevoltaient, je passais d'un chapitre à l'autre, affamée, et avec cette envie d'en savoir toujours plus.

Un conte pour rêver

C'est comme si j'étais prise dans les flots de la Loue, cette rivière enchanteresse et manipulatrice, qui n'hésite pas à embarquer ceux qui ose cracher à son visage, la défier. La petite Blanche nous entraîne dans le récit de sa courte vie, à travers ces terres portées par les hommes, et où seules les vignes poussent. La vieille âme, quant à elle, commente, argumente autour de ces épisodes de vie, voulant toujours trouver la réponse à cette question qui l'occupe depuis des siècles : comment est-elle morte ?
Dans cette ambiance de chanson de geste et de troubadour, j'ai eu cette impression de pouvoir lire un roman traitant du Moyen-Age sans pour autant rendre cette histoire lourde de détails historiques.
Ce n'est pas une leçon d'histoire, c'est un conte écrit pour les grands enfants que nous sommes, un conte qui nous permet de pratiquer cet acte si décrié pour/par les adultes : la rêvasserie.
Je me souviens d'une rencontre entre l'auteur et des lycéens, il y a quelques mois, où elle disait qu'elle ne pouvait se détacher de cette part de rêve. Que rêver n'était pas un mal, au contraire. Ce message avait alors fait écho en moi, et ce roman le démontre encore.

Imaginer des mondes, créer des univers, rêver de tout et de rien, c'est à la fois divertissant et salvateur. Et si c'est pour que ces rêvasseries permettent à quelqu'un comme Carole Martinez de nous offrir de nouveaux superbes romans.. je suis preneuse.

(Dernier petit message à l'intéressée, si elle passe par là : Carole, pitié, ne me faite pas languir 4 ans avant le prochain !)

Et pour terminer, je vous laisse écouter Carole Martinez parler de son roman, pour la librairie Mollat :

Commenter cet article

sous les galets 10/10/2015 14:37

Mais quel magnifique billet ma parole...ecoute nous l'avons entendu jeudi chez Busnel, et même mon mari veut le lire. Pourtant ses thématiques jusqu'à présent ne me tentent pas plus que ça (l'emmurement tout ça...), mais je ne sais pas, votre enthousiasme à tous est si communicatif et si sincère que vraiment j'ai envie de voir si j'arrive à rentrer dans son monde.

Valou076 10/10/2015 19:46

J'ai vu ton enthousiasme dans ton billet sur LGL (que j'ai enregistré juste pour Carole Martinez). la thématique des emmurées m'avait vraiment fait peur, et puis finalement, le livre est tellement bien écrit, avec une langue et un style proche du conte, et propre à l'auteur, que le sujet est finalement magique, et très riche.
je ne peux que t'inviter... à tous les lire ! ^^

Sido 23/09/2015 20:44

Il faut donc que je commence par le domaine des murmures !

Valou076 10/10/2015 19:44

C'est pas mal aussi, mais je ne pense pas que le respect de l'ordre soit impératif... c'est comme tu le souhaites.

Laure 23/09/2015 14:37

Je suis ravie de lire que c'est un grand cru, car c'est l'une de mes prochaines lectures.

Valou076 10/10/2015 19:44

Alors ? tu l'as lu ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents